Bienvenu

Situé au 20 rue Clément Vienot à Vincennes, le Saga Sushi vous accueille toute la semaine afin de déguster nos mets sur place ou à emporter.

Pour un repas rapide le midi, un agréable moment en famille ou entre amis, nos spécialités japonaises : maki, sushi, sashimi, et autres délices sauront répondre à vos envies.


Saga Sushi Vincennes   –  Tél. 01.48.08.18.18

11h30-14h30  et  18h30-22h30 (fermé dimanche midi)

20 rue Clément Vienot  à Vincennes

capture


Un peu d’histoire …

Le sushi (寿司) est un plat japonais composé d’un riz vinaigré appelé shari (舎利) combiné avec un autre ingrédient appelé neta (寿司ネタ) qui est habituellement du poisson cru ou des fruits de mer. C’est, hors du Japon, un des plats emblématiques de la cuisine japonaise, alors que sa consommation n’est qu’occasionnelle au Japon. Les types de sushis les plus répandus sont les nigirizushi, constitués d’une boule de shari formée à la main recouverte d’une tranche de neta, les makizushi qui sont des rouleaux de nori renfermant du shari et d’autres ingrédients ou le chirashizushi composé de shari recouvert de divers accompagnements. Il ne faut pas confondre les sushis avec les sashimis, un plat japonais constitué de tranches de poisson cru.

Le terme de « sushi » se comprend souvent en Occident comme les sushis inventés à l’époque d’Edo (江戸前寿司, edomaezushi), aussi appelé nigirizushi, et qui peut être vu comme la combinaison d’un sashimi et d’une boule de riz vinaigré (shari). Néanmoins, le terme « sushi japonais » regroupe un ensemble de types de sushis différents, connaissant beaucoup de déclinaisons locales autour de l’association entre riz vinaigré et source de protéine, à la fois dans la forme utilisée et dans les ingrédients utilisés ; il existe des centaines de variétés différentes de sushis au Japon.

Les principales formes de sushi consommés mondialement, les nigirizushi (握り寿司), makizushi (巻き寿司), chirashizushi (ちらし寿司), temakizushi (手巻き寿司) ont pris leurs formes définitives lors ou après la période Edo et sont donc relativement modernes. Comme beaucoup de pratiques culinaires japonaises, elles se sont répandues après le séisme de 1923 de Kantō, les chef s préparant les nigirizushi ayant quitté Edo, s’étaient dispersés partout au Japon.

(Source Wikipedia – En savoir plus)